Ne mords pas la main qui te nourrit

ne mords pas la main qui te nourrit

Ne mords pas la main qui te nourrit – A.J. RICH

Morgan a trois passions : la victimologie, qu’elle étudie, ses chiens – Cloud, Chester et George – et Bennett, son fiancé canadien rencontré sur Internet, avec lequel elle entretient une relation torride. 
Alors qu’elle rentre chez elle, Morgan trouve son petit appartement de Brooklyn dévasté. Son amant est plus mal en point encore : lacéré par les crocs de ses fidèles compagnons, il est bel et bien mort.
Traumatisée, la jeune femme est pourtant convaincue de l’innocence de ses chiens. En revanche, Bennett, dont elle explore le passé, n’est pas l’homme qu’elle imaginait. Elle découvre un personnage trouble, voire dangereux. Morgan n’est pas au bout de ses surprises.

Je ne sais pas si mon état d’esprit du moment était fait pour un thriller, parce que je suis très mitigée sur ce livre. Dans ce roman, on fait la rencontre de Morgan, étudiante en victimologie, et de ses 3 chiens. Un soir, en rentrant dans son appartement de Brooklyn, elle découvre Bennett, son fiancé, couché au sol et couvert de sang. La cause du décès : mort par morsures. Comment des chiens si gentils auraient pu tuer qui que ce soit ? Il va falloir que Morgan le découvre.

J’ai trouvé l’intrigue géniale. Cela change de mes lectures habituelles. Je trouve que les thrillers doivent être particulièrement bien ficelé pour que le charme opère. Et j’ai eu l’impression d’avoir des longueurs énormes régulièrement. Quel dommage. Je ne suis pourtant jamais déçue par le « prix des lecteurs ». Mais là, j’ai trouvé le récit plat et sans saveur.

ne mords pas la main qui te nourrit

ne mords pas la main qui te nourrit
Déjà, ce qui m’a vraiment ennuyé, c’est le combat de Morgan pour ses chiens n’était peu flagrant. Bien au contraire. Pour moi, elle les laisse complètement tomber. Elle connait ses chiens, elle sait qu’au moins un sur les 3 ne ferait pas de mal à une mouche mais arrive à penser qu’ils aient pu lacérer un homme. On découvre le système judiciaire américain quant il est état d’une affaire avec des animaux dangereux. J’avoue qu’à plusieurs reprises, toute cette histoire m’a fait mal au coeur (mon côté Brigitte Bardo sans doute). Ils deviennent des pièces à conviction, avant d’être installés dans des chenils glauques et sales. Bien sur, cet article n’a pas pour but de débattre sur l’utilisation de ces chiens souvent dressé pour tuer. Ce que l’on découvre sur Bennett au fur et à mesure de l’histoire n’a pas été assez creusé, selon moi. J’en attendais plus, je pense. Je n’ai eu de l’empathie pour un seul personnage humain : Steven, son frère.

Il est aussi son avocat. Et heureusement qu’il est là. D’ailleurs, j’ai envie d’envoyer un message à Morgan, pour lui dire de changer de voie. Elle n’a pas l’air d’avoir retenu grand chose de ces cours (lol). On ne gagne pas à tous les coups dans le choix de ses lectures.

 

Et vous ? Chers lecteurs, avez-vous aimé ?

 

 

Leave A Reply

* All fields are required