Le Petit Prince

J’ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu’à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s’était cassé dans mon moteur.
Et comme je n’avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C’était pour moi une question de vie ou de mort. J’avais à peine de l’eau à boire pour huit jours.
Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J’étais bien plus isolé qu’un naufragé sur un radeau au milieu de l’océan.
Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m’a réveillé. Elle disait : … « S’il vous plaît… dessine-moi un mouton ! – Hein ! – Dessine-moi un mouton… »

Je me rappelle avoir vu un livre avec ces dessins si particuliers chez moi, quand j’étais petite. J’ai même eu à l’époque en cadeau de la part de ma mère un stylo plume avec la jolie boîte en métal assortie. Pour moi ce n’était qu’un livre pour enfant, certes plus connu que les autres et mon seul souvenir était le « dessine moi un mouton ».

Il y a quelques semaines, mon amie Coralie me raconte que c’est sa lecture du moment. Alors, je lui demande son ressenti sur ce vieux livre poussiéreux. Ses arguments m’ont tout de suite convaincu (merci d’ailleurs Coco). J’ai foncé acheté « Le Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry.

Je dois avouer que j’ai eu un peu de mal à démarrer, à me mettre dans l’histoire. C’est assez particulier comme lecture et comme façon d’écrire. Mais je me suis fait happer par « Le Petit Prince » et par les codes retransmis par l’écrivain. Quand on est enfant, on suit les aventures d’un petit garçon qui rencontre des personnages un peu bizarres tout au long du récit. Quand on est adulte, on reçoit beaucoup plus d’informations.

Je pense tout de même qu’il faut plusieurs relectures pour déchiffrer tous les chapitres, voir même prendre des notes (lol). Pour moi, ce livre plein de poésie, est une leçon de vie. Une leçon sur le monde, sur l’univers. Une belle histoire d’amour et d’amitié. J’ai lu pas mal de critiques sur ce bouquin, et je pense que les dernières pages sont ressenties en fonction de son propre état d’esprit. Certains disent que notre petit héros meurt dans les dernières lignes. J’imagine plutôt qu’il a retrouver sa rose et qu’aujourd’hui ils sont capables de se comprendre et de s’aimer…

Et l’adaptation dans tout ça ?

Je dois absolument vous raconter. J’ai pris le temps de regarder le long métrage dédié à ce Petit Prince. Bon, y’a le pour et y’a le contre hein ! La partie stop motion/papier découpé du film, donc l’histoire dans l’histoire est tout simplement MA-GNI-FIQUE. A tomber, je dirais même. Je vous laisse juger par vous-même.

L’autre partie est très « américanisée ». Tant dans le récit que dans l’animation. Le grand-père est assez réussi, touchant et drôle — je dois avouer — pour le reste, je reste un peu déçue. La dernière partie du film est tout simplement nulle. Que le Petit Prince grandisse est tout simplement à côté de la plaque. J’ai trouvé de nombreux passages longs et sans énergie. Je suis restée sur ma fin mais je suis tellement tombée amoureuse de ce long moment de magie visuelle, que je conseille de le voir. Si on prend que la partie pure Petit Prince, je dirais que l’adaptation est réussie.

Et vous ? Vous l’avez vu ? Racontez-moi, je suis curieuse ♡

Leave A Reply

* All fields are required