#La mère coupable

la mere coupable livre

La Mère coupable, c’est cet individu qui peut dans le même temps râler et faire des bisous, crier « Va dans ta chambre ! » et susurrer « Viens faire un câlin à Maman », qui hurle à mort quand l’ado fait couler l’eau trop longtemps, mais qui laisse la petite lumière allumée toute la nuit pour rassurer le petit dernier…
La Mère coupable, c’est vous, cette maman pleine de paradoxes inexplicables, qui tente de mener sa vie comme elle l’entend pour tordre le cou à la mère parfaite. Ajoutez-y un soupçon de crise de la quarantaine, quelques kilos en trop, un mari aimant mais souvent absent, un ex-petit ami qui refait surface, et une chanson d’amour des années 1980 qui vient interrompre la bande-son du quotidien de cette mère de famille perdue dans sa routine.
Sans jamais donner de leçon, l’auteure qui se cache derrière ce pseudo depuis la création de son blog croque avec humour et bienveillance la vie de famille #ensirotantunverredemojitopardi !

La mère coupable est imparfaite

Une lecture vraiment agréable. Sans le qualifier de livre sur le développement personnel, je dirais que ce livre fait du bien au moral. Premièrement, ses 165 pages se lisent en un rien de temps, un livre idéal pour se réconcilier avec la lecture. Je peux encore me positionner dans la catégorie « je fais mes courses seule et je regarde les mamans avec leur progéniture insupportable en croisant les doigts pour que les miens soient sages comme des images, devant les rayons remplis de jouets ». Sur de nombreuses anecdotes, ma main s’est positionné sur mon front… #Ohlala #l’enfersurterre (Oui, je n’ai pas encore d’enfants). Mais j’ai beaucoup ri aux tribulations de cette maman de 3 enfants, qui travaille et qui doit gérer l’absence de son mari, souvent retenu au bureau.

La mère coupable doute

Deuxièmement, je pense que chaque femme, ou maman peut se retrouver dans ce livre. Des doutes naturels, des ras-le-bol, des moments détente impossibles, la crise de la quarantaine. On reconnaitra forcément une amie, une soeur, une tante dans cette maman « 100 000 voltes ». L’auteure narre parfaitement la difficulté quotidienne des mamans et les envies de partir en courant à l’autre bout de la planète.

Parfait compagnon de la « déculpabilisation », #LaMèreCoupable dévoile les dessous d’une famille comme les autres. Des anecdotes pleines d’humour tout en étant réelles, et surtout la preuve que la mère coupable est tout simplement une femme imparfaite… Oups. Celle qui peut ne pas avoir envie de cuisiner, pas envie de ranger, pas envie de gérer les problèmes de la famille au quotidien… Mais celle pleine d’amour pour ses enfants, qui aime leur faire plaisir et qui souhaite que leur bonheur.

On s’attache immédiatement à la mère coupable. On comprends ses doutes, ses envies de partir sur une île. Son paroles, parfois décalées, face à ses enfants — surtout son ado — m’ont mis le sourire aux lèvres. Souvent au bord de la crise de nerfs, cette maman réussit finalement à trouver les réponses à ses questionnements.

Et vous ? Que pensez-vous de ce livre feed-good ?

Leave A Reply

* All fields are required